Qu’est-ce que l’argile polymère et que peut-on réaliser avec ?

par | 0 commentaires

15 min

      L’argile polymère est un medium artistique moderne et fascinant permettant la réalisation d’à peu près tout ce qui est imaginable. Cette pâte créative, communément, et à tord, appelée « pâte Fimo » est bien plus riche et intéressante qu’une simple pâte à modeler et possède des avantages certains par rapport à l’argile traditionnelle. Découvrons dans cet article ce qu’est ce jeune medium artistique et ses incroyables possibilités.

 

Qu'est-ce que l'argile polymère ?

Un peu d’histoire

      Les premières formes d’argile polymère (polymer clay en anglais) sont apparues au début du XXème siècle mais ne sont véritablement utilisées par les artistes que depuis les années 1950 – 1960. Comparativement à la terre glaise ou la peinture, qui sont des mediums explorés depuis des siècles, la pâte polymère est extrêmement jeune et peut être qualifiée de matériau moderne.

      C’est le chimiste belgo-américain Léo Hendrik Baekeland, inventeur d’un papier photographique révolutionnaire à la fin du XIXe siècle et de la bakélite en 1907, qui semble être l’auteur de la première forme d’argile polymère. A l’époque, la bakélite, 1er plastique synthétique, est très utilisée. Une version non durcie de la bakélite (la 1ère pâte polymère) est proposée sous forme de kit, mais sa base phénolique est inflammable, ce qui pose problème et entraînera son retrait du marché.

      On ne sait pas par qui, comment, ni pourquoi cette 1ère forme d’argile polymère a ensuite été améliorée. Toujours est-il qu’au début de la 2nde guerre mondiale, un échantillon d’argile polymère arrive entre les mains d’une fabricante de poupées artisanales allemande : Käthe Kruse, qui va devenir célèbre dans le domaine du jouet. Et c’est la fille de Käthe, Sophie Rehbinder – Kruse, surnommée Fifi, qui va véritablement utiliser, développer et rendre populaire l’argile polymère en réalisant des miniatures, des mosaïques et des objets artistiques.

Sophie Rehbinder – Kruse

Sophie Rehbinder – Kruse

      En 1954, le produit « FIMOIK » (combinaison créée avec son surnom “Fifi”, “modeling clay” et “mosaic”), est distribué. En 1964, Fifi revend les droits de sa pâte polymère à Eberhard Faber. En 1966, Eberhard Faber modifie la formule du produit et lui donne son nom définitif « FIMO », en hommage à Fifi mais plus adapté au marketing. A cette occasion un nouveau logo est créé, 1966 est donc considéré comme la véritable année de naissance de ce qui deviendra la pâte polymère la plus vendue sur le marché européen. Alors vendue dans des magasins de jouets, elle est surtout considérée comme un jouet pour enfants ou un support pour sculpter des poupées et des miniatures à utiliser dans des maisons de poupées. En 1978, Eberhard Faber est racheté par STAEDLER. Le concept « FIMO » est développé au fil du temps et la recette est optimisée. En 1996, les 1ers pains de pâte polymère sous blister sont distribués au grand public. En 2006, les phtalates, des perturbateurs endocriniens et reprotoxiques, sont éliminés de la composition des argiles polymères. En 2016, la marque FIMO a fêté son 50ème anniversaire.

1er pain d'argile polymère commercialisé pour le grand public : Fimoïk

1er pain d’argile polymère commercialisé pour le grand public : Fimoïk

      D’autres marques de pâtes polymère se sont développées dans le monde : Sculpey, Pardo, Kato…(lire l’article sur les présentations et comparaisons des marques et gammes d’argiles polymères).

Pains d'argile polymère de différentes marques

Pains d’argile polymère de différentes marques

De quoi se compose l’argile polymère ?

      L’argile polymère est un mélange de PVC (Polychlorure de vinyle), de pigments naturels, de plastifiant, de stabilisateur, de lubrifiant et de charges. Cela fait d’elle un plastique de la famille des vinyles souples au même titre qu’une poupée, un ballon de plage, un tube d’aquarium ou un fil électrique.

      La texture de l’argile polymère non durcie (on dit crue) est une pâte à mi chemin entre la pâte à modeler et la terre glaise. Une fois chauffée au four, elle devient un matériau solide (du vinyle solide). Ce passage de l’état cru, à l’état cuit est appelé « polymérisation ».

      Les composants de l’argile polymère sont non toxiques. Elle est donc parfaitement sûre lorsqu’elle est utilisée comme matériau d’artisanat, de modelage et d’art (entre autre, elle ne nécessite pas de porter des gants pour se protéger). Elle est même sans danger pour les enfants, une fois qu’ils sont assez âgés pour arrêter de se mettre des objets dans la bouche. Si l’argile polymère n’est pas toxique, ce n’est ni un jouet (pas fait pour être manipulé), ni un produit qui doit être utilisé pour le contact avec la nourriture (ces catégories de produits étant soumis à des normes particulières et très strictes), c’est un produit uniquement artistique.

 

L'argile polymère n'est pas toxique, pas un jouet, pas faîte pour être en contact avec les aliments, c'est un médium artistique

L’argile polymère n’est pas toxique, pas un jouet, pas faîte pour être en contact avec les aliments, c’est un médium artistique

Finalement c’est quoi l’argile polymère ?

      L’argile polymère est une argile synthétique, c’est à dire à base de composants non naturels. Comme vu dans le paragraphe précédent, elle ne contient pas d’argile naturelle (comme la terre glaise) mais son aspect et son travail étant très proche de celle-ci, elle a été nommée argile.

      Le terme polymère définit le fait que cette argile est à base de polymères. Un polymère est une longue chaîne de monomères carbonés, autrement dit, une répétition de molécules contenant du carbone qui forment une grosse molécule. Il existe des polymères naturels tels que certains sucres, l’ADN, les protéines…et des polymères synthétiques comme les plastiques, les colles, les peintures, les résines…

      La pâte polymère est donc un produit de synthèse avec des caractéristiques propres, permettant la fabrication d’objets durables. Elle se présente sous la forme de blocs colorés pour sa version « pâte » mais existe aussi sous forme liquide conditionnée dans des flacons.

 

Polymère liquide Sculpey, Kato et Fimo

Polymère liquide Sculpey, Kato et Fimo

Des caractéristiques très intéressantes

La pâte polymère possède des caractéristiques particulières que les polyméristes exploitent :

  • Elle ne sèche pas à l’air

  • Elle durcit uniquement lorsqu’on la cuit (processus de polymérisation)

  • Elle est teintée dans la masse

  • Les couleurs sont miscibles entre elles

  • Crue, elle peut être moulée, sculptée, texturée, mise en forme, détourée…

  • On peut y inclure divers matériaux : poudres métalliques, feuilles métalliques, pétales de fleurs réduits en poudre, épices, sable ou additifs pour une texture granuleuse, poudre à embosser, pastels secs, peintures, encres à alcool, pigments…

  • Elle ne se rétracte pas durant la cuisson

  • Cuite, elle peut être sculptée, poncée, polie, colorée

Cette pâte créative est :

  • Durable. Les créations cuites sont résistantes à tout (eau, UV, produits ménagers…)

  • Solide. Une bonne argile polymère, correctement travaillée et correctement cuite résistera aux chocs et au temps qui passe sans soucis.

  • Légère. Très confortable à porter en tant que bijou, facile à transporter pour les objets décoratifs.

 

      Chaque marque d’argile polymère présente sur le marché, possède des caractéristiques qui lui sont propres. Certaines marques sont plus souples, d’autres plus fermes. Certaines marques ont des couleurs très stables à la cuisson, d’autres moins. Certaines marques sont plus chargées en mica que d’autres et donnent donc de meilleurs résultats lors de la réalisation de certaines techniques… Je vous laisse découvrir tout cela dans l’article sur les comparaison des marques et gammes d’argile polymère.

Que peut-on réaliser avec l'argile polymère ?

     Ce médium est incroyablement polyvalent. Il est à peu près possible de réaliser n’importe quoi avec, si tant est que cela rentre dans un four.

Des possibilités infinies

      L’argile polymère emprunte certaines de ses techniques à des arts ancestraux tels que le travail du verre de Venise (procédé du Millefiori, que l’on appelle cane dans notre jargon) ou le travail du métal (avec par exemple la technique du Mokume Gane). Aujourd’hui il existe des centaines de techniques permettant d’obtenir différents aspects et imitations en tout genre. Il est possible de lui faire prendre l’aspect de matières naturelles comme les pierres (turquoise, jade, malachite, opale…), le bois (bois flotté, liège, écorce…), l’ivoire, la nacre, l’ormeau, les végétaux, la peau…ou d’autres matériaux comme les tissus (jean, cuir, laine…), la céramique ancienne, le verre (dépoli, dichroïque), le béton, l’acier brossé..

      Dégradés de couleurs, pois, rayures, chevrons, mosaïque, marqueterie, craquelé, il n’y a pas de limite avec cette pâte et la créativité peut vraiment s’exprimer librement. D’ailleurs, aucun motif n’est impossible puisqu’il existe un pan entier de l’argile polymère dédié à la construction de motifs complexes : les canes, dont voici quelques exemples.

       L’argile polymère est utilisée par les artistes pour réaliser une gamme étonnante de créations :

1 – Des bijoux

2 – Des figurines et des sculptures

3 – Des miniatures

4 – Des tableaux

5 –  Des objets décoratifs  (vases, photophores, coupelles, vides-poches, théières…)

6 – Des boîtes

Argile polymère VS autres matériaux

      Quels sont les avantages et les inconvénients de l’argile polymère par rapport aux autres matériaux similaires ?

Argile polymère VS pâte à modeler

      Qui n’a pas joué avec de la pâte à modeler étant enfant ? Nous avons tous des souvenirs tactiles de ce matériau. Rappelez-vous. La pâte à modeler est un medium souple, que l’on peut facilement écraser d’une pression de la main. Nous pouvions prendre une boule dans nos mains et l’étirer, cela produisait un fil tel un chewing-gum. Personnellement, j’avais « l’atelier de fabrication de hamburgers », il était alors facile de créer des pains, des steaks, des feuilles de salade, des tranches de tomates en pressant une boule de pâte dans les différents moules en plastique. Je pouvais même faire des frites en mettant de la pâte jaune dans une sorte de presse-ail en plastique dont l’extrémité était une grille carrée. J’ai beaucoup joué avec cette petite usine à fabriquer des miniatures en pâte à modeler mais j’ai aussi rencontré des problèmes comme le fait de la pâte à modeler sèche et devient inutilisable au bout d’un moment, même si elle est conservée dans son pot d’origine. Le fait aussi que je ne pouvais pas garder mes beaux burgers indéfiniment, ils se déformaient lorsque je jouais avec et la poussière s’incrustait dedans si je les entreposais.

      Concernant l’argile polymère, il existe des gammes très souples (la gamme Soft de Fimo par exemple), qui se rapproche de la texture de pâte à modeler. Ce type d’argile est généralement destinée aux enfants car, du fait de sa souplesse, elle ne permet pas un travail très précis (consulter l’article sur les comparaisons des marques et gammes d’argile polymère). Plus une argile polymère est ferme, plus elle permet d’avoir des détails, de travailler dans la finesse, dans la précision et plus les possibilités de techniques sont importantes. De ce fait, l’argile polymère de manière générale est bien plus ferme que la pâte à modeler. Certaines marques de pâte polymère sont plus fermes que d’autres, la Kato est par exemple l’argile la plus ferme du marché (et ma préférée au passage hihi !). Il est intéressant de tester les différentes marques et de trouver celle(s) qui nous correspond(ent) le mieux, celle avec laquelle nous sommes à l’aise et pouvons réaliser le maximum de choses.

      Personnellement, j’ai commencé, comme beaucoup je pense, avec la marque Fimo, qui est la marque la mieux implantée en Europe et donc très facile à trouver en magasin de loisirs créatifs. Puis, j’ai découvert la Sculpey, je l’ai testé et ai adoré ses couleurs, cependant j’avais parfois des soucis de fissures ou de casse à la cuisson. J’ai alors découvert, lors d’un stage, la Kato, et ça a été une révélation, c’était vraiment l’argile qui me correspondait et je n’ai cessé de travailler avec. J’étais curieuse de savoir pourquoi cette marque n’était pas plus connue et plus facile d’accès au grand public. On m’a alors expliqué que c’était une argile polymère plus destinée aux professionnels qu’au grand public, mais l’essayer c’est l’adopter ! Enfin, ça a été mon cas personnel et celui de très nombreuses artistes professionnelles mais bien sûr ça n’est pas une obligation, chacun est libre d’utiliser l’argile polymère qui lui convient. Parenthèse personnelle fermée.

      Deuxième aspect qui différencie l’argile polymère de la pâte à modeler : l’argile polymère ne sèche pas à l’air libre. Alors, dire cela de façon claire et affirmative n’est pas tout à fait la vérité. Il faut légèrement nuancer. Disons plutôt que lorsqu’elle est correctement emballée et conservée, la durée de vie de l’argile polymère est longue. En effet, un pain d’argile polymère non ouvert, ou, ouvert et correctement conservé a une durée de vie de 1 à 2 ans. La pâte à modeler sera sèche et inutilisable bien avant cela.

      Ce qu’il faut comprendre ici c’est que le véritable avantage de l’argile polymère est qu’elle peut être travaillée sur une durée allant de plusieurs heures à plusieurs jours sans que ce soit un problème. Il existe des pâtes créatives qui sèchent à l’air, on parle d’argiles autodurcissantes (la porcelaine froide, la Fimo Air…il est même possible de fabriquer sa propre pâte maison à base de fécule de maïs, de bicarbonate de sodium et d’eau). Ces dernières vont durcir rapidement au contact de l’air. Le temps de travail est donc limité et en cas de ratage, la pâte part à la poubelle. Au contraire, l’argile polymère reste souple à l’air libre, elle peut donc être travaillée durant de longues heures, et, en cas de ratage, elle peut être remise en boule et retravaillée indéfiniment, ce qui est un atout indéniable. Ce medium est donc parfaitement adapté à une vie active avec peu de temps disponible pour la création.

Résumons :

L’argile polymère est plus ferme que la pâte à modeler

L’argile polymère ne sèche pas contrairement à la pâte à modeler

L’argile polymère peut être retravaillée indéfiniment

Argile polymère VS Argile traditionnelle

      Je ne suis pas une experte de l’argile traditionnelle. Ceci dit, je sais que l’argile traditionnelle à d’énormes qualités, sinon ce ne serait pas un medium utilisés depuis des siècles, mais aussi des points de vulnérabilité.

      La première différence entre l’argile polymère et l’argile traditionnelle est la façon de travailler. L’argile traditionnelle se travaille dans un 1er temps humide. Il faut la mouiller afin de l’assouplir et la mettre en forme. Je ne sais pas s’il y a un risque de trop l’assouplir si on la mouille trop, toujours est-il qu’il faut constamment avoir les mains dans l’eau et ne pas avoir peur d’être cracra. Certains aimeront cela, d’autres non. La pratique de l’argile polymère est moins salissante car ce médium se travaille à sec. Les mains sont donc moins abîmées par la pratique de l’argile polymère sur le long terme.

      Seconde différence entre ces deux types d’argile : le poids. Une fois cuite, l’argile traditionnelle est lourde alors que l’argile polymère est légère. Cela peut être parfois un avantage, parfois un inconvénient. Tout dépend de ce que vous souhaitez obtenir. Il est, par exemple, plus agréable et confortable de porter une paire de boucles d’oreilles légères, cela ne fait pas mal aux oreilles. Idem pour un collier, rien de pire qu’un collier lourd qui vous donne mal aux cervicales. De façon générale, l’argile polymère est parfaitement adaptée à la production de bijoux, qui seront beaucoup plus légers qu’en terre glaise. Pour ce qui est de la production d’objets, c’est affaire de goût. Un objet plus lourd aura moins de risque d’être renversé par inadvertance ou de basculer sous le poids de ce que l’on place dedans (un vide poche, un vase). A contrario, un objet plus léger pourra facilement être transporté, changé de place, accroché au mur (un tableau)…

      Enfin, troisième différence et non des moindres. Une fois cuite, l’argile polymère ne casse pas contrairement à l’argile traditionnelle. Cette différence fait clairement pencher la balance, de mon point de vue, vers l’argile polymère. Attention, je ne dis pas que l’argile polymère est incassable. Si vous prenez un marteau et que vous tapez dessus, évidemment, que vous allez la briser. En revanche, prenez un objet ou un bijou en argile traditionnelle dans une main et la même chose en argile polymère dans l’autre main et lâchez-les sur le sol. L’objet en argile traditionnelle va éclater en mille morceaux, là où celui en argile polymère sera intact. L’argile polymère est capable d’absorber les chocs et est donc un matériau très résistant (dans la mesure où elle est correctement cuite), et c’est, selon moi encore une fois, un indéniable atout.

Résumons :

L’argile polymère se travaille à sec

L’argile polymère est plus légère que l’argile traditionnelle

L’argile polymère ne casse pas

Autres avantages

      Si vous n’êtes pas encore convaincue par l’argile polymère, voici encore une petite liste d’atouts non négligeables de cette pâte magique :

  • La pâte polymère est peu coûteuse (de 3 à 5 centimes d’euro le gramme) par rapport à d’autres médium : les pâtes autodurcissantes sont entre 2 et 8 centimes d’euro le gramme avec le risque de jeter de la matière lorsque l’on rate des pièces, les pâtes de métal coûtent entre 20 centimes (pâte de bronze ou de cuivre) et 3€ le gramme (pâte d’argent) soit 100 fois plus cher que l’argile polymère.

  • Le coût de démarrage est faible. Par là j’entends que pour démarrer n’importe quelle activité, il faut s’équiper du matériel adéquat. Or, le travail de l’argile polymère nécessite certes pas mal de matériel au départ (voir l’article sur le matériel de base à avoir en argile polymère) mais cela reste abordable (comptez grosso modo 150 à 200€). Si vous souhaitez vous lancer dans le travail des pâtes de métal, de la bijouterie (travail du métal) ou l’argile traditionnelle, l’investissement en matériel est plutôt de l’ordre de 1500 à 5000€ soit au moins 10 fois plus cher. La plus grosse différence est que l’argile polymère cuit à basse température, un four ménager à quelques dizaines d’euros est donc suffisant pour sa cuisson, là où les autres medium nécessitent un équipement spécial à plusieurs centaines voire milliers d’euros.

  • L’argile polymère peut être travaillée par tous. Un enfant, un adulte débutant, intermédiaire ou confirmé, un artiste, tous peuvent utiliser l’argile polymère et en faire quelque chose de réussi en fonction de de ses capacités. Ce support est à la fois facile à manipuler et peut permettre la réalisation de choses très complexes.

  • La pratique de l’argile polymère nécessite peu d’espace, un coin de table est suffisant là où un établi arrondi ou un tour de potier sont nécessaires à la pratique de la bijouterie ou de la terre glaise. La pâte polymère s’adapte parfaitement aux petits espaces (studio, chambre, petits appartements) et peut même être emporté en vacances dans ses valises, sa caravane, son camping car.

Conclusion

      Vous savez à présent ce qu’est l’argile polymère, de quoi elle se compose et ce que l’on peut faire avec. Alors qu’attendez-vous pour vous plonger dans l’univers de cet incroyable matériau ? Je vous préviens, il n’y a qu’un seul problème, et il est de taille : une fois que le virus de la polymère vous a contaminé, il n’existe pas de vaccin permettant d’atténuer les symptômes d’accoutumance. Vous risquez donc de devenir accro. Voilà, vous êtes prévenues et pouvez choisir en tout état de cause 😁.

Autres articles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This
X